03 86 41 46 05Lun. au ven. 9h-12h - 13h30-17h30 / Sam. 9h30-12h30 - 14h-18hContact

Contact

Rechercher

Panier

Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Total

Voir mon panier Commander

Chaque mois, l'association des sommeliers de Bourgogne sillonne les vignobles, l'occasion de déguster le nouveau millésime ou découvrir la gamme complète d'un vigneron. Cette fois-ci, l'association a choisi le domaine Les temps perdus de Clotilde Davenne, à Préhy, pour parfaire sa connaissance du vignoble chablisien.

« Chacun a apprécié la pureté, la minéralité de vins dont le savoir-faire est reconnu dans le monde entier. Ces visites sur le terrain, avec les vignerons, font partie du métier de sommelier », précisait Philippe Meyroux, président de l'association des sommeliers de Bourgogne, pour qui un sommelier est un maillon entre les vignerons et les clients. « Notre association compte 60 membres. Pour cette dégustation à Préhy, nous avons la chance de compter dans notre délégation, la sommelière japonaise, Noriko Aonuma. »

Fr.B.

Le domaine des Temps Perdus, dans les appellations Chablis, Saint-Bris et Irancy.

Après avoir bourlingué dans différents vignobles français et étrangers, l’œnologue Clotilde DAVENNE devient vigneronne en 1989 au sud de l’appellation Chablis. Elle construit peu à peu son domaine des Temps Perdus (18 hectares à cheval sur Chablis, Saint-Bris et Irancy).

Elle produit surtout des blancs, essentiellement de Chablis, mais aussi des rouges en appellation Bourgogne Côtes d’Auxerre, et surtout dans la modeste appellation bourguignonne Irancy. Issu de pinot noir (et d’un soupçon de César), l’Irancy  exprime des arômes subtils de cerise.

 ‘’Chez moi, pas de passage en fût ! Je laisse au fruit la possibilité de s’exprimer totalement, cela donne des vins très droits, légers, souples, gourmands, amples et tendus.’’

Des vins prêts à boire, charnus et à l’accent terrien, grâce aux 10% de César, cépage costaud et teinturier.

L’autre fierté de Clotilde, ce sont ses blancs Saint-Brisiens, issus de sauvignon : chose exceptionnelle, car le Chardonnay règne sans partage sur tous les autres blancs Bourguignon.

‘’Cette petite appellation méconnue mérite toutes les attentions’’ dit-elle. Le sauvignon y flatte considèrablement le fruité du vin, sur des sols calcaires du kimméridgien.

‘’ Le résultat est bluffant, puisque, dégusté à l’aveugle, mon Saint-Bris est confondu avec un sancerre !’’

IRANCY CLOTILDE DAVENNE

 Cette vigneronne crée son exploitation en 2005 au sud de Chablis : une mosaîque de 18 hectares plantés de tous les cépages bourguignons.

Elle privilégie les élevages en cuve, que soit  le cépage, pour préserver la subtilité du terroir.

Elevée en cuve inox pendant 18 mois et comportant 10% de César – ce cépage ancien que l’on cultive encore sur les coteaux d’Irancy pour donner du corps au vin-, cette cuvée se nourrit de fruits et reflete le terroir. Tout y est : les petites baies noires qui donnent le nez sur fond de sous-bois ; une bouche friande et tout aussi fruitée, d’une remarquable élegance, batie sur des tanins fins.

Arrivée dans le chablisien en 1989 après des études d’œnologie et quelques voyages à travers le monde, Clotilde Davenne travaille d’abord pour une grande maison en tant qu'oenologue et chef de chai.

En 2005, elle franchit le pas et fonde les Temps Perdus à Préhy, au sud de l’appellation.

Son "vignoble mosaïque" est réparti sur les appellations Saint-Bris, Bourgogne Aligoté, Petit Chablis, Côtes d'Auxerre rouge et rosés. Elle vinifie aussi des raisins achetés dans des 1ers et Grands Crus de Chablis. Son domaine couvre 18 hectares dont 9,6 en blanc et le reste en rouge. Les cépages cultivés sont l’aligoté, le chardonnay, le pinot noir et le sauvignon pour une production d’environ 80 000 bouteilles par an.

Les vendanges sont faites pour un quart à la main et pour le reste par des machines, tandis que le domaine est en conversion bio. Et vous ne trouverez aucun fût dans ce domaine : tous les vins sont vinifiés et élevés dans des cuves en inox ou bien émaillées.

Laissons enfin la parole à Clotilde Davenne pour nous présenter ses vins : « mes vins sont prêts à boire jeunes, dans un style qui privilégie l’expression charnue du fruit de chaque cépage en harmonie et sur l’expression des terroirs ».

Vin de Bourgogne : Clotilde Davenne, Irancy

Coup de cœur pour ce vin de Bourgogne à l'expression fruitée et à la bouche croquante :  Irancy Clotilde Davenne.

Redécouvrir l’Aligoté

C’est un cépage discret de la Bourgogne. Un peu négligé naguère, il fait un retour en force et en qualité : l’Aligoté Vieille Vignes clotilde DAVENNE : nez mousse de sous-bois, huitre, salin, bouche vive, tendue, perlante, bonne longueur, très pur.

The top 10 white wines for spring

 Clotilde Davenne Sauvignon Saint-Bris 12.5%vol, France.


 A curiosity and a tasty one, too: a sauvignon blanc from chardonnay country. The village of Saint-Bris-le-Vineaux is the only appellation in Chablis to permit the variety and Clotilde Davenne has fashioned a delightfully crisp, lean and minerally example. It cries out for a plate of seafood.

Best white wines for winter

by Jane MacQuitty

Saint-Bris Clotilde DAVENNE   Savage Selection

Saint-Bris Sauvignon is the only patch of sauvignon in a sea of chardonnay in nothern burgundy. It doesn’t alaways deliver but this one is a plum : vibrant, smoky and concentrated, with a brillant punchy verdant finish. Great with seafood.

DOMAINE CLOTILDE DAVENNE

Clotilde Davenne a créé son propre domaine à partir du millésime 2004.

La gamme couvre aussi bien Chablis que les vignobles de l’Auxerrois, à partir de vignes en propriété ou en achat. Les saint-bris et les Irancys sont régulièrement de belles réussites.

LES VINS CLOTILDE DAVENNE

Le Saint-Bris Vieilles Vignes et l’Irancy sont au rendez-vous en 2014.

Nous avons aimé également le Bougros en chablis grand cru, même si nous préférons toujours les vins de l’Yonne de cette sympathique œnologue.

Bourgogne Aligoté Vieilles Vignes 2014 : 13/20

Saint-Bris Vieilles Vignes 2014 : 14/20

Irancy 2014 : 14/20

Chablis Grand Cru Bougros 2014 : 15/20

Clotilde Davenne, chez elle

Un beau jour, elle a décidé de sauter le pas et de se lancer à son compte sur le domaine de 8,5 hectares qu’elle avait commencé de créer en 1992.

Clotilde Davenne est aujourd’hui chez elle et elle a démontré qu’il allait falloir compter avec elle.

Vinifiés et élevés en cuve à 100%, “pour préserver l’expression du fruit et du terroir”, ses vins blancs (l’essentiel de sa production) en chablis, petit-chablis, saint-bris, bourgogne blanc et bourgogne aligoté révèlent une pureté “d’école”.

Le Vin

La chronique de Jean-Francis PÉCRESSE

    Ave César

   Il aurait été importé en territoire éduen par les légions romaines et, s’y trouvant bien, y serait resté. Deux millénaires et un demi-siècle plus tard, de valeureux vignerons de l’Yonne, cultivateurs et cultivés, surtout concentrés dans le village d’Irancy, entretiennent toujours quelques hectares, pas bien nombreux, entre 6 et 8, de cet antique cépage auquel la vox populi a donné le nom de ‘’CÉSAR’’ ou de Romain. Que l’on opte pour l’un ou l’autre nom, l’étymologie incline à penser qu’il y a une bonne part de vérité historique dans l’origine présumée de ce vestige viticole de notre ancêtre la Gaule. Aux dernières nouvelles, cependant, quelques lointains cousins auraient été identifiés en Argentine et au Chili.

Dans son précieux ‘’ Dictionnaire encyclopédique des cépages’’, l’ampélographe Pierre GALET avance un autre surnom amusant prêté à ce cépage: ‘’gros monsieur’’. Faut-il voir une allusion à son caractère ? Peut-être. Car comme le vainqueur de la ‘’guerre des Gaules ‘’, le César ne se laisse pas dompter facilement. C’est un diable de liane qui donne de ce fait une assez bonne idée de la vraie nature de cette plante à tiges grimpantes qu’est la vigne.

Cultiver le romain est une épreuve. Car le Romain est non seulement d’une sensibilité particulière aux maladies, mais il est, de surcroît, de maturité très tardive, ce qui oblige à le vendanger après tous les pinots noirs.

 Un petit coup de chaud

            ‘’il est vraiment difficile à travailler’’ atteste, avec le léger soupir de celle qui a serré les dents, Clotilde DAVENNE, l’une des rares à entretenir avec un flegme impérial la flamme du Romain. Mais, outre la touche pittoresque qu’il donne à l’Irancy, ce cépage, lorsqu’il est bien cultivé et bien maîtrisé, apporte de la couleur et de la matière à ce vin du cru d’un naturel plutôt clair. Exception faite de l’Alsace et de la Champagne, c’est ici, sur ces froids coteaux des vignobles de l’Yonne, pas entièrement dédiés aux blancs de Chablis, que le pinot noir est le plus septentrional de l’hexagone.

À ce degré de latitude, un petit coup de chaud est le bienvenu. Et c’est bien ce qu’apporte à l’Irancy de Clotilde DAVENNE, coloré, fruité et épicé, la petite dose de césar noir foncé ajoutée au pinot noir clair.

            Clotilde DAVENNE est aussi connue ici pour repousser avec force l’élevage en barrique, et elle a bien raison, car, à l’image de son Irancy, ses vins, blancs ou rouges, ont une vraie sincérité de fruit et de franchise de leur terroir minéral.

CLOTILDE DAVENNE

La Bourgogne de A à Z

Par Sébastien Durand-Viel

Si elle a d’abord exercé ses talents de ‘’nez’’ en Californie, Clotilde DAVENNE est bien revenue sur ses terres d’origine, en Bourgogne, où elle exploite aujourd’hui plusieurs hectares de vignobles d’appellations diverses, parce que cette viticultrice-touche-à-tout redoute avant tout l’ennui…                                                        

Clotilde DAVENNE est installée dans l’Yonne, à Préhy à quelques kilomètres de Chablis au domaine des Temps Perdus. Pourtant, s’il y a quelque chose qu’elle n’a pas à perdre, c’est bien son temps, très précieux en ce mois de juin où la météo capricieuse harcèle sans répit le vignoble. ‘’C’est de la folie’’, dit-elle en préambule. Sans chef de culture et en conversion biologique depuis trois ans, elle court d’une parcelle à l’autre, scrute le ciel, observe les attaques de mildiou, s’inquiète et se rassure au gré des averses ou des éclaircies. ‘’La vigne, c’est un travail très très dur…’’ je ne m’en suis jamais autant rendu compte que cette année. On vit à son rythme, on souffre avec elle, on sourit au premier rayon de soleil. ‘’ Elle qui a fait l’essentiel de sa carrière dans les chais assume maintenant toute la chaîne, du raisin au vin. La vigne, ‘’c’est un gros apprentissage, mais j’ai besoin d’être dans le vignoble, d’apprendre, d’observer, de sentir, surtout avec le passage au bio’’. Le contact, les sensations, les odeurs font partie du métier et du plaisir qu’elle y prend. Les parfums, les aromes, c’est aussi cela qui a fait d’elle une vigneronne. Son père, qui était chef de culture dans un grand domaine agricole dans la Nièvre, était un passionné de bons vins. ‘’J’ai eu très tôt une sensibilité au goût. ‘’Dès la terminale, je savais que je ferais un métier où je pourrais utiliser mon nez. Il y avait la parfumerie ou l’œnologie. La rencontre avec un œnologue a fait le reste.’’ À Dijon, elle obtient son diplôme d’œnologue, poursuit avec une licence en viticulture et part pour la Californie en 1986, sans idée de retour. ‘’J’ai fini par m’y ennuyer, je ne sentais pas les saisons !’’

 À BONNE ÉCOLE

 Retour à Paris en 1987 pour un an d’études commerciales, puis une expérience à la cité des sciences de la Villette, dans le cadre d’une grande exposition dédiée au vin, avant la rencontre avec Jean-Marc Brocard, grand homme du Chablisien.’’C’est un peu mon père spirituel. Il m’a dit : ‘’pose tes valises, oublie tes études, tu vas apprendre à faire du vin !’’ J’ai tout de suite été dans le bain, sans transition. J’y ai tout appris.’’

Pendant dix-sept ans, elle façonnera les Chablis pleins d’éclat de la maison Brocard. Pourtant, ‘’au bout de quelques années, j’ai eu envie de partir en Champagne pour travailler les vins effervescents que j’aime beaucoup.’’ Jean-Marc aura les mots et le projet pour la retenir, au moins un temps : il lui indique quelques parcelles de vigne à racheter en appellation Bourgogne et une vieille ‘’bicoque’’ à Préhy, qu’elle restaurera progressivement. Elle, qui n’avait pas renoncé à parcourir le monde viticole en quête de nouvelles sensations, finira par s’y installer en 2001. Quatre ans plus tard, elle y aménage une cuverie et prend son indépendance. Depuis, par rachats successifs, son vignoble s’est agrandi pour atteindre dix-huit hectares.

 DES PASSIONS MULTIPLES

Clotilde DAVENNE connaît Chablis et son cépage unique, le Chardonnay, sur le bout des doigts. Il lui fallait donc d’autres terrains d’expérimentation pour assouvir sa soif de nouveauté. Outre ses parcelles à Chablis (Petit-Chablis, Chablis, Chablis-Premier-Cru), elle possède des vignes dans les autres appellations de l’Yonne : Côte-d‘Auxerre, Irancy et Saint-Bris. Elle a plaisir à travailler d’autres cépages : le pinot noir pour les rouges et les rosés, l’aligoté, qui donne entre ses mains des vins d’un éclat étonnant, et enfin le sauvignon blanc, pour lequel elle nourrit une vraie passion. ‘’Le Chardonnay se révéle surtout en cave, mais le Sauvignon, c’est un cépage fascinant dont on goûte les aromes des la vigne.’’  Dans sa collection, elle avoue un faible pour ses Saint-Bris, uniques Bourgognes issus du Sauvignon-Blanc.

 '’À Saint-Bris, j’ai quatre parcelles de vignes, dont l’une est centenaire avec plein de manquants et des rendements minuscules. ‘’

 J’y suis attachée, elle demande une attention particulière et produit des raisins d’un goût extraordinaire, mais elle est maintenant en fin de vie.’’’ Comme on accompagne un mourant, c’est avec tristesse qu’elle fait le deuil de sa parcelle qui donne encore quelques grands raisins.

 DES VINS À SON IMAGE

Vivacité, tonicité, énergie sont les mots qui viennent à l’esprit quand on goûte ses vins, toujours près du fruit, vinifiés en cuve inox, en levures indigènes, sans le moindre apport de bois. Dans sa gamme, aussi large que fiable, il faut faire mention de ce Saint-Bris Vieilles Vignes, intense, parfumé et profond. Si elle a renoncé à la Champagne, elle se rattrape avec un crémant vif, ferme, non dosé et très désalterant ? L’aligoté, tout en droiture, et les petits-chablis et chablis sont modèles du genre. Et, pour ne rien gacher, les prix sont très raisonnables.

Saint-Bris  CLOTILDE DAVENNE 

Dans son habit de lumière à la teinte jaune clair il est rayonnant.

Avec son éventail aromatique complexe et précis aux fragrances de fruits frais (citron, litchi, pomme), de fleurs blanches (lilas, tilleul), de sable remué, d’amandes pilées et de badiane il est affriolant. Avec son attaque désaltérante sur pêche blanche, son milieu de bouche charnu aux notes fruitées persistantes (ananas, poire) et sa longue finale minérale il est délicieux. Un vin friand et parfumé.

Mes sincères félicitations !

0% de Pesticides pour cette cuvée après les analyses pratiquées en laboratoire.

Cette cuvée est donc conforme au cahier des charges de Vins et Santé, visant l’excellence et la transparance auprès des consommateurs.

KRUPA Jean-Romain.

Bourgogne : Clotilde DAVENNE propose une belle gamme, en blanc : aligoté, chablis, saint-bris (sauvignon)… Et en rouge, côtes-d’Auxerre, Irancy ! Prix sages, accueil charmant. Dégustation en perspective.


Mes vins parlent de leur terroir avec élégance à travers le fruit de chacun des cépages

Signature de Clotilde

Découvrir le domaine